Livre d evaluation des risques d explosion

Le workaholism est une dépendance psychologique efficace. Il se présente avec le besoin constant de créer nos devoirs, dont le succès néglige la famille, les amis, le repos et le sommeil. Bien entendu, le livre est un sujet solitaire de la vie de tous les employés. Par conséquent, le bourreau de travail est toute la dépendance qui n'est pas associée à la gêne. Et quand les reconnaître à la maison?

Le workaholism est un besoin énorme de travail continu. Les malades traitent chaque moment libre comme un temps perdu. Ensuite, ils ont un malaise et une mauvaise humeur. Ils se rendent souvent dans les bureaux fermés après les heures normales et abandonnent leurs journées et leurs vacances. Ils négligent leur famille et leurs amis pour la dernière fois et ne s’engagent pas dans des divertissements et ne développent pas leurs propres passions et leurs propres intérêts. Très souvent, il s'accompagne de maux de tête constants, de nausées, de fatigue et de problèmes de concentration et de sommeil.

Afin de faciliter le traitement, il convient de trouver la raison de ce sujet. Habituellement, les toxicomanes sont des perfectionnistes typiques. Il y a de grandes ambitions et elles exigent que tout soit exécuté parfaitement, très précisément, sans aucun inconvénient. Beaucoup de femmes pensent également que le bourreau de travail peut se mêler à l'expérience d'un manque d'estime de soi. Les personnes à charge auraient souvent eu des problèmes matériels dans les récits, raison pour laquelle elles dépendent de la manière d'utiliser correctement leurs livres pour augmenter leurs revenus.

Le workaholism, comme toute dépendance psychologique, a des effets négatifs bien connus. L'un d'entre eux est paradoxalement la diminution de l'efficacité et de la productivité. Les bourreaux de travail sont surchargés de travail par la performance constante de leurs tâches. Ils ne réalisent donc pas qu’ils perdent beaucoup de temps, par exemple en se souvenant de leurs activités et en pensant à tout. Le plus mauvais effet secondaire est de s'occuper d'un appartement polonais, les toxicomanes doivent donc nécessairement suivre une psychothérapie appropriée.